Initiation d’une jeune bourgeoise – 8 –

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Initiation d’une jeune bourgeoise – 8 -Initiation d’une jeune bourgeoise – 8 -La découverte de sa bisexualité fut une révélation pour Camille. Non seulement elle avait adoré se sentir désirée par une autre femme , prendre du plaisir dans ses bras mais elle avait , tout aussi également, aimé lui en procurer.De plus en plus à l’aise avec son corps, je la pensais prête à découvrir d’autres facettes de la sexualité que je tenais à lui faire vivre.Le samedi suivant notre soirée avec Sandra et Eric, nous avions donc rendez vous dans un sauna libertin.Chic et classieux, ce club, outre la traditionnelle partie humide, possédait des coins intimes dont certains étaient voués à des pratiques que les ” bien pensants” pourraient qualifier de “déviantes”.Nous arrivâmes avant nos amis et, l’entrée franchie, nous fûmes accueillis par un grand costaud, noir comme l’ébène qui arbora un grand sourire en m’apercevant. Sans façon, il s’approcha et me colla d’autorité une bise sonore sur les deux joues.– Marc ! Quelle joie de te revoir ici, depuis le temps ! Tu me présentes ? Me fit il en regardant Camille– Bonjour Sylvain, le plaisir est partagé . Voilà Camille, mon épouse.Il prit dans ses bras ma femme ébahie et l’embrassa avec autant d’entrain qu’il avait manifesté à mon encontre.– Je préviens Clélia– Non, pas la peine , ne la dérange pas.– Si, si, elle m’en voudra si je ne le fais pas.Pendant son absence , je crus bon de répondre aux interrogations muettes d’une Camille étonnée et curieuse.– Il y a quelques années j’ai beaucoup fréquenté cet endroit, et sa patronne ,qui m’a initiée à des pratiques SM. J’ai été son amant et son soumis. Je te choque ?– Non, pas du tout, tu m’intrigues, c’est tout . Tu me raconteras Monsieur Grey ?– Si tu y tiens …– j’y tiens !Notre conversation fut interrompue par l’arrivée de celle que j’avais appelé, Madame Clélia.Toujours aussi belle, toujours aussi blonde elle s’approcha de nous le visage impassible.Elle me jeta juste un coup d’oeil et porta son attention sur ma douce qui sembla impressionnée et baissa les yeux ne pouvant soutenir l’intensité du regard bleu acier.Après l’avoir détaillée quelques instants, elle se tourna vers moi le visage casino şirketleri fermé.– Bonjour Marc,– Bonjour Clélia,– Avant de me présenter à ta compagne , je tenais à te dire que je suis particulièrement mécontente que tu ne m’aies pas donné plus de nouvelles.– Tu as raison mais les aléas de la vie…Elle semblait en colère mais il y longtemps que j’avais appris à la connaître. — Ce n’est pas une excuse. Si tu étais toujours à moi, tu serais puni pour ton manque d’éducation.Sa remarque me fit sourire. Une lueur d’amusement traversa son visage et elle se tourna vers mon épouse et fit les présentations toute seule :– Voila donc la fameuse Camille.. !! Tu permets que je te l’emprunte un moment ?Et sans attendre ma réponse elle la prit par le bras et l’entraîna à l’autre bout de la pièce.Tête basse, mon épouse semblait recevoir une leçon, elle écoutait attentivement, répondait brièvement et puis, au bout de quelques minutes, je la vis clairement se détendre, sourire même et parler volubilement .Un homme ,grand, athlétique, s’approcha alors des deux femmes et embrassa Clélia dans le cou. Je fus stupéfait de la voir littéralement fondre à ce baiser. Tout , dans son langage corporel m’était inconnu.Tous les trois vinrent me rejoindre.– Marc, je te présente Bruno, mon ami.Jamais je n’avais vu une Clélia dominatrice présenter ainsi quelqu’un.L’homme était charmant. Il émanait de lui quelque chose d’indéfinissable, à mi chemin entre assurance et fragilité.Elle finit par conclure:– Amusez vous bien, nous vous rejoindrons peut être…Lorsque j’interrogeai Camille sur la teneur de sa discussion, elle éluda en me disant que c’étaient des ” secrets de femme “Eric et Sandra finirent par nous rejoindre alors que nous nous délassions tranquillement dans l’immense piscine à bulles qui faisait, entre autres, la réputation du sauna.Une lumière tamisée et une musique douce contribuaient à rendre l’endroit propice à la détente mais aussi à des pratiques plus coquines ce dont ne se privaient pas quelques couples qui nous entouraient.Camille n’avait eu aucun mal à se défaire du paréo , il est vrai quasi transparent, avant de se plonger dans l’eau tiède , comme casino firmalari s’il eut s’agit d’un geste totalement naturel.J’étais assis et elle était venue me chevaucher, face à moi, se frottant sur mon sexe quand Sandra vint se coller à nous.– Vous n’avez pas l’air de vous ennuyer dîtes donc ? Fit elle en glissant sa main entre nous et empoignant ma bite tout en caressant la croupe de son amie.La soirée s’annonçait torride.Eric s’assis à mes côtes et sa légitime adopta la même posture que la mienne.Nos quatre corps furent bientôt si proches que nos femmes n’eurent aucun mal à s’embrasser langoureusement faisant ainsi accroitre, s’il était possible, nos érections.Je m’assis sur le bord de la piscine, jambes écartées, sexe levé.Eric m’imita et nos compagnes comprirent nos envies.Leurs bouches s’emparèrent de nos sexes et entreprirent de nous prouver leurs talents.Puis, dans un ballet bien réglé, elles changèrent de partenaires. La bouche humide de Sandra remplaça celle de Camille qui, de son côté, se mit à sucer Eric.La scène attira quelques voyeurs esseulés pensant profiter, peut être, de l’excitation de nos amies.Ils restèrent tout de même à bonne distance, n’esquissant aucun geste malvenu qui leur aurait valu ,assurément, l’exclusion du club ,pour peu que Clélia ou Sylvain ne s’aperçoivent de leur comportement.Malgré tout leur présence nous mit mal à l’aise aussi proposai je de nous isoler .Nous trouvâmes refuge dans une pièce , fermant à clé, joliment décorée et munie de matelas confortables.A peine dévêtues, les filles nous prouvèrent la joie qu’elles avaient à se retrouver en s’enlaçant amoureusement.Nos mains les rejoignirent et , bientôt, plus personne ne sut vraiment qui touchait qui.Les corps se mêlèrent, s’emmêlèrent. Je pus gouter le minou glabre de Sandra, Eric s’occupa de celui de Camille pendant qu’elles s’embrassaient.Et puis, sans l’avoir prémédité, sans l’avoir vraiment décidé, les choses allèrent plus loin.Camille, à genoux devant moi me suçait pendant que Sandra , couchée sous elle, l’honorait de sa langue.Eric alors, se plaça derrière mon épouse et caressa de son sexe la fente de ma douce, cherchant au passage les coups de langue güvenilir casino de sa légitime.Mon amour leva les yeux vers moi en une muette interrogation. Je lui fis signe de la tête et, comme si elle n’attendait que mon signal, elle s’empara du membre turgescent et le mena vers son intimité.S’il fut surpris notre ami n’en laissa rien paraître et entreprit ses va et viens qui firent gémir mon épouse.Sandra, ne voulant être en reste, m’attira à son tour en elle.Délaissant la bouche accueillante de Camille, je plongeai alors dans son tréfonds ouvert.Malgré l’excitation de la découverte de nouveaux horizons, nous nous maitrisâmes et nos compagnes furent vite au bord de la jouissance.Eric voulut explorer un endroit plus étroit mais ma douce refusa.– Pas par là, ma virginité est réservée à Marc.Il comprit, n’insista pas et réinvestit des terres plus défrichées.– Moi j’adore ça . Me fit Sandra. Tu peux y aller si tu veux.Je ne me fis pas prier pour m’y introduire après l’avoir lubrifiée quelque peu. Elle eut une petite grimace de douleur au premier passage , je la laissai m’accepter et, quand je la sentis se détendre, je repris mon ouvrage. Camille ,la première, manifesta l’atteinte de son plaisir . Son orgasme bruyant entraîna celui de son amie et nous nous laissâmes aller à notre tour dans leurs profondeurs.Camille semblant sortir d’un somme, eut un sursaut et vint se blottir dans mes bras, le regard trouble, un sourire presque forcé aux lèvres comme si elle était honteuse de ce qui venait d’arriver et demandait pardon.Je voulus la rassurer.– Je t’aime, je suis heureux .Ces quelques paroles la rassurèrent.Sandra et Eric , enlacés eux aussi, avaient les yeux clos et le sourire aux lèvres.Apres une douche bien méritée, nous nous retrouvâmes tous les quatre au bar derrière lequel Sylvain officiait.Clélia fit son apparition et se fit présenter à nos amis. Elle leur fît, comme d’ailleurs à beaucoup de monde, une forte impression.Camille en sa présence se conduisait comme une petite fille intimidée et rougissante.Son attitude ne trompa pas notre hôtesse.Au moment de notre départ, elle me prit à part et , me désignant mon épouse elle me dit :– Tu savais ?– Oui, je m’en suis rendu compte.– Elle est initiée ?– Non, pas encore.– Tu veux ?– Avec toi, oui.Et , alors que nous quittions son établissement, elle s’approcha de ma femme et lui tendit un papier sur lequel étaient simplement notés : ” Vendredi prochain, 20 heures ”

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yorum yapın