Le courriel…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Le courriel…Anne et Romane vivent leur relation à distance. Romane est en Angleterre pour finaliser ses études… Trois mois !Heureusement que de nos jours, la technologie moderne leur permet de rester en contact permanent et de pouvoir continuer à vivre leur amour virtuellement. Un besoin pour ces deux filles qui sont encore dans cette période bénie, bien sûr quand elles sont réunies, ou il n’y a pas une nuit ou un matin sans qu’elle ne se fasse l’amour.En cette période de disette prolongée, un rien les émoustillent, alors elles se sont organisées. Il ne passe pas une journée, une soirée, sans courriel, sans chats coquins, mais surtout sans leurs webcams grâce auxquelles Anne et Romane peuvent se dévoiler se toucher devant l’autre… Et se masturber ensemble jusqu’à l’orgasme.Mais ce soir, après leur rituel, dans son lit, Anne torturée par ses désirs inassouvis, tellement leur relation est fusionnelle, a un coup de cafard et elle se dit avant de s’endormir :*****Anne est réveillée par la sonnerie de son téléphone. Malgré le demi-sommeil dans lequel elle est encore plongée, elle se précipite pour le saisir.C’est un message de Romane :C’est de bonne heure pour un dimanche. Anne se rallonge, tire les couvertures sur son visage. Les yeux collés contre le drap, elle devine la lumière de l’écran du téléphone encore allumé et s’interroge :Bien sûr, c’est la curiosité qui l’emporteAnne saisis son ordinateur portable, plus confortable pour consulter un courriel que le téléphone. S’assied en tailleur sur le lit devant l’appareil… Et ouvre sa boite mail :De : « Romane » À : « Anne »Date : 14/01/2017_ 08 h 30Objet : Mon songeSalut ma belle !Je n’ai pas pu attendre. Sitôt réveillée, il a fallu que je te raconte mon rêve de cette nuit… Je suis sure que tu vas aimer !… Nous étions, toi et moi, dans une soirée fille. Il faisait chaud a force de s’agiter sur la piste de danse. Nous sommes sorties sur la terrasse pour nous aérer un peu.Dehors, la nuit était d’encre, tu m’as prise par la taille et tu m’as plaqué contre le mur de la maison. Ta jambe entre les miennes frottait güvenilir canlı bahis siteleri mon minou et ta minette se bossait à ma cuisse. Tes mains fourrageaient dans mes cheveux alors que dans un baiser sauvage nos langues se cherchaient avec urgence,Puis ta bouche s’ est aventurée sur mon cou, mes oreilles, mes lobes qu’elle suçait pendant que tes mains jouaient avec mes seins et que ta cuisse me rendait folle de désir. Je gémissais, haletante, malgré ma culotte, je mouillais ta jambe.Je frissonnais et mon cœur battait la chamade quand ta main a glissé sous ma robe, palpée mes fesses puis la chair douce et chaude de mes cuisses, avant de s’égarer dans mon entrejambe. Lorsque d’un doigt, tu as effleuré ma culotte, qu’il s’est posé là où le tissu, tout mouillé, épouse la forme de mes lèvres pour aller et venir le long de ma fente ; j’ai étouffé un cri en prenant ta bouche en même temps que je me liquéfiais.Le rouge aux joues en songeant à l’état de mon dessous dû à la réaction inconvenante de mon sexe ; je me laisse caresser l’entrecuisse à travers la dentelle de ma culotte en respirant de plus en plus fort.Puis tes doigts se sont faufilés dessous, ils ont arpentés ma fente trempée avant d’écarter mes nymphes pour rejoindre et attiser mon petit bourgeon que tu as vite délaissé pour t’occuper de mon con.Un doigt à fouillé mes lèvres gonflées de désir et gluantes de cyprine avant de s’engouffrer avec vigueur dans mon antre dilaté. Quand un second est venu rejoindre le premier, avant de m’abandonner tout entière à ma jouissance, j’ai plongé mon regard dans le tien pour te faire comprendre combien ta pénétration était exquise. Je sentais tes doigts qui massaient délicatement mes chairs intimes. Qui me fouillait. Allait et venait. Titiller mes secrets les plus sensibles…Tu me faisais l’amour avec tes doigts, Anna ! Vite, fort, bien. Chaque effleurement, chaque frémissement, chaque attouchement provoquaient dans ma grotte une onde bouillonnante. Mes seins se soulevaient au rythme de ma respiration irrégulière, saccadée, parfois en apnée.Je me tortillais, güvenilir illegal bahis siteleri je gémissais, je jouissais Anna ! Ma robe me collait. Mes joues étaient en feu. Agrippée à toi comme à une bouée de sauvetage, mon visage enfoui dans ton cou pour étouffer des gémissements qui n’en sont plus, mes doigts qui s’accrochent dans tes cheveux alors que les tiens se délectent du velours chaud et mouillé de mon vagin qui s’ouvre de plus en plus pour te laisser, aller et venir au plus profond de moi.Mon bassin suivait la cadence frénétique de tes doigts. Je me cambrais sous le plaisir que tu me donnais. Quand j’ai senti que la vague de plaisir s’emparait de mon corps. Que la boule de feu allait éclater dans mon bas-ventre, je t’ai suppliée de ne plus t’arrêter… Et de me finir !Je me suis cambrée, mes jambes se sont dérobées. Les parois de mon vagin ont emprisonné tes doigts, ma vulve n’était que mouillure… L’extase m’arracha une salve de gémissements indécents, avant de me laisser pantelante, déguster les vestiges de ce terrassement qui me laissait le sourire aux lèvres et le visage brûlant …Nous sommes restée quelques instants serrées l’une contre l’autre à nous câliner, Je n’avais pas totalement repris mes esprits que je te vois ramasser ma petite culotte qui gisait a nos pieds… Puis tout est devenu flou et tu as disparu telle une chimère…Et moi … Je me suis réveillée. Main droite en cuillère sur mon sexe, très mouillé… Abondamment même ! Alors j’ai glissé deux doigts dans ce puits d’amour que tu aimes tant me brouter, posé ma paume sur mon clito et je me suis masturbé en pensant à toi…Je t’embrasse là ou je sais que tu aimes le plus… À tout à l’heure, sur la toile, mon amour !Romane.Puis cette dernière phrase au fond de son message : Tout en lisant, Anne a glissé une main sous l’élastique de son pantalon de pyjama. Et au fil de la lecture qui l’émoustillait au-delà de ce qu’elle aurait cru possible, elle s’est caressée avec ardeur. La main serrée entre ses cuisses.Alors à la fin de la lecture, Elle a fermé son güvenilir bahis şirketleri ordinateur, ôté son pyjama..Nue sur son lit, Anne n’a plus qu’une envie : assouvir cette envie irrépressible de jouir qui s’est ancrée en elle, au fil des mots et de la saynète qui a pris forme dans son imaginaire…Ses mains effleurent, puis caressent ses seins dont les tétons sont bien érigés. Des tétons qu’Anne fait roulé entre ses doigts ; puis qu’elle pince fort, très fort même, provoquant une onde d’excitation jusqu’à son bas-ventre.Sa chatte… Lèvres épilées et légère toison sur le pubis est comme dans les mots de Romane, que si elle y glisse un doigt, il sera trempé. Mais malgré son impatience Anne veux faire durer son plaisir, en profiter, ne pas venir trop vite…Alors elle joue avec ses zones érogènes, caresse son corps avec la pulpe des doigts, ses ongles, qu’elle fait crisser sur l’intérieur de ses cuisses. Effleure son pubis, remonte sur ses seins, joue avec ses tétons… Anne mouille comme jamais…Elle n’en peut plus, il faut qu’elle jouisse… Vite…Ses cuisses écartées pour que ses doigts puissent bien caresser sa fente, ouvrir ses lèvres à la recherche du point le plus sensible de son corps, sur lequel elle fais tourner un doigt.La respiration haletante, tout en se caressant le clitoris, Anne fait glisser deux doigts dans son vagin. Elle crie, s’imaginant que ce sont les fins et longs doigts de Romane qui la pénètre.Anne se doigte avec frénésie, de plus en plus fort, de plus en plus profond. Ses gémissements se font de plus en plus pressants au fur et a mesure que son orgasme se rapproche. Anne le sent monter en elle, sortir du plus profond de son moi, s’emparer de son corps, de sa tête, elle est brûlante, fiévreuse. Avant de se finir, elle mouille de salive les doigts qui branle son clitoris avec énergie…Et son orgasme arrive, impétueux, il fait crier Anne plus fort que jamais, un cri poignant, son corps se cambre, ses yeux se révulsent, ses cuisses se ferment sur sa main au moment ou la boule de feu explose dans son ventre… Anne jouis en pensant à Romane, comme elle est sure que Romane à pensé a elle au moment “de la petite mort”…Allongée sur son lit, jambes écartées, sa chatte luisante de mouille qui pulsait encore. Les yeux fermés, elle attend de reprendre son souffle et ses esprits pour taper une réponse à Romane, les doigts poisseux de sa jouissance…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yorum yapın